UN VÉHICULE DE LÉGENDE…

Hommage à ce qui est un vrai mythe automobile !

Pour beaucoup de britanniques, le Defender est le symbole de l’ingénierie mêlée à l’ingéniosité nationale.

À la manière de ce que fut notre Citroën 2 CV pour nous accompagner après la seconde guerre mondiale, le Land Rover a porté un idéal dans l’île de Bretagne. 

Que l’on aime ou que l’on déteste le Defender (certains ne le comprennent pas !), sa silhouette se reconnaît à travers le monde. C’est la force des icônes du genre, FIAT 500, Citroën 2 CV, Volkswagen Coccinelle, Combi ou MINI en tête. Face à cette belle collection, le Land Rover Defender est pourtant au premier rang. Aucun autre modèle n’a vécu une carrière de 67 années, en évoluant à peine.

Apparu en 1947, le Land Rover a été rebaptisé Defender pour accompagner le développement de la gamme commerciale de la marque.

20210525133935_IMG_3724.JPG

LAND ROVER DEFENDER

LA WILLYS BRITANNIQUE

Porté par l’effort de guerre, les Etats-Unis avaient donné naissance à la Willys au début des années 1940. Partout autour du monde, le spartiate 4×4 a marqué les esprits. Après en avoir vu passer des milliers sur son sol, les Britanniques ont cherché à construire leur propre Willys.

Maurice Wilks, patron de l’ingénierie de Rover, fut le premier à travailler sur le projet. Le concept fut validé en 1947 avec l’ambition de produire suffisamment pour continuer d’employer les milliers de personnes engagées pour participer à l’effort de guerre.

Créé en quelques mois, le rugueux 4×4 est assemblé à la fin de l’année 1947. Il hérite du nom Land Rover en hommage à la famille Wilks. Le frère de Maurice, Spencer, était patron de Rover à l’époque et possédait une résidence à Islay, une île au bout de l’Ecosse, sur laquelle il se baladait avec une Rover modifiée. Son garde-chasse avait surnommé ce véhicule un peu spécial « land Rover ». L’idée était parfaite pour le concept à venir !

20210525134801_IMG_3740.JPG

SÉRIE 1 : 1948-1958

C’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que les choses commencent pour le Land Rover Defender. Remarquez qu’à ce moment, le nom Defender n’est pas encore utilisé ; il faudra attendre les années 80 pour cela.

Pour retracer les premiers pas du modèle, il faut remonter au milieu des années, 40, soit à la fin des hostilités du deuxième grand conflit mondial.

À ce moment, la compagnie Rover s’est retrouvée avec une grande usine vide, soit celle de Solihull, près de Birmingham, en Angleterre. En raison de la rationalisation de l’acier, Rover ne pouvait pas reprendre sa production de voitures.

C’est alors qu’elle décide d’introduire un véhicule 4x4 léger pour usage agricole, simplement nommé Land Rover. Ce modèle, qui devait être là de façon temporaire, devient rapidement le pain et le beurre de l’entreprise.

 Tellement qu’au cours des prochaines années, de nombreuses variantes (différentes carrosseries et empattement) voient le jour. Cependant, puisque le style était secondaire au caractère utilitaire du modèle, les changements esthétiques seront peu nombreux.

 Ainsi, le premier modèle va demeurer au catalogue sans modifications significatives pendant 10 ans. On approche alors la production du 250 000e modèle (1959).

SÉRIE 2 & 3 : 1958-1983

En 1958 et en 1971, les Land Rover Series II et Series III voient respectivement le jour. Les changements esthétiques seront mineurs alors que l’esprit du design du produit original est conservé. La principale différence avec la Series III sera le déplacement des phares aux extrémités avant alors qu’ils étaient plus centraux, dans la grille, depuis le début. Le grand moment pour le modèle, il survient en 1970 alors que Rover introduit un moteur V8. Le 4x4 va alors connaître la gloire à l’international.

En 1983, le nom Defender est adopté et le modèle subit une sérieuse cure de rajeunissement. Son style demeurait inspiré du véhicule d’origine, toutefois.

LAND ROVER 90, 110 et 130 :
​1983-1990

Le capot change de forme et s’allonge. Le nom évolue aussi. 90, 110 et 130 se différencient par la longueur du châssis. La suspension évolue (celle du Range Rover), tandis que des freins à disque et une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports font leur apparition. Côté motorisation, les quatre cylindres essence et Diesel passent à 2,5 litres.

20200818143358_IMG_4926.JPG

LAND ROVER DEFENDER : 1990-2015

Suite à l’apparition du Discovery, le Land Rover devient Defender. Aucune mise à jour majeure n’accompagne pourtant cette évolution.

En 2007, une nouvelle carrosserie et un moteur 2,4 litres Diesel sont présentés. L’intérieur gagne également en confort… Mais les dimensions restent – encore aujourd’hui – rigoureusement identiques au Land Rover immatriculé HUE 166 !

Land Rover ne propose pas moins de six configurations pour le Defender, selon les usages et les besoins.

Les évolutions du Defender il y en a eu quelques unes mais elles seront essentiellement techniques le plus souvent pour simplement répondre aux normes européennes sur le plan de la pollution ou de la sécurité.

Mais 2015 marque cette fois l'arrêt définitif du modèle poussé vers la sortie à coups de normes comme l'ont été d'autres comme la 4L Renault par exemple.

En effet le Defender ne sera jamais Euro 6 entré en vigueur le 01/09/2015. La réglementation laissant un sursis de quelques mois aux modèles Euro 5 pour leur diffusion, Land-Rover l'exploite pleinement à coup d'ultimes séries ultra limitées. 

Si aujourd'hui le seul moteur disponible est le 2.2TDCi de 122cv d'origine Ford ce n'était pas le cas lors de sa sortie en 1983. D'ailleurs le Defender se nommait alors Land Rover suivi de son chiffre d'empattement et la version 90 n'existait pas encore puisqu'elle n'arrivera qu'en 1984 et qu'il y avait alors les versions 88 et 109 en plus de la version 110 qui est toujours au catalogue aujourd'hui. Côté motorisations, s'il y avait les robustes 2.3 litres essence et diesel de 70 et 62cv, c'est surtout la version V8 Rover 3.5 litres dégonflé à 92cv qui le rendait attachant.

Au-delà de la puissance pure c'est bien le couple du moteur qui a été privilégié afin d'offrir au Land des capacités de franchissement impressionnantes avec une sonorité enivrante ... en tout terrain.

Mais en 2016, l’usine de Solihull mettra un terme à sa production, vaincue par des normes de plus en plus contraignantes.

Dr Ralf Speth, CEO de Jaguar Land Rover, a déclaré : "Le Defender et ses prédécesseurs contiennent une qualité rare ; ils se connectent émotionnellement avec les gens. Nous célébrons aujourd'hui quelques-unes de ces histoires et de ces merveilleux souvenirs qu’ils ont générer au fil des ans, en particulier parmi nos employés."

 

Notre partenaire  : LIGNON Automobiles spécialiste Land Rover Defender basé à Etoile-sur-Rhône (26)

Source : Autocult, "Les cinq vies du Defender" ; Land Rover Decarie "La riche histoire du Defender"